915 SMS malveillants envoyés à son ex-femme

  • publié il y a : 1 an
  • vues : 1016  
915 SMS malveillants envoyés à son ex-femme
Un cauchemar éveillé. C'est ce que vit une mère de famille de Maxéville. Elle approche de la soixantaine et ne sait plus comment se débarrasser de son ancien mari avec lequel elle a eu sept enfants. « Elle a divorcé mais, pour Monsieur, les décisions de justice ne valent rien et il a gardé son emprise sur Madame », explique l'avocate de l'épouse, Me Orane Kroell. Cette emprise se traduit par une omniprésence de l'ex-mari, pas du tout « ex » dans sa tête.

Lorsque la quinquagénaire va faire ses courses, son ancien conjoint est là, à l'attendre sur le parking. « Il est collé à son chariot et, comme il est très tactile, il ne touche pas que le chariot », résume, ce lundi, avec une pointe d'ironie, Christian Haouy, le président du tribunal correctionnel de Nancy.

Le grand amour de sa vie

A l'issue d'une séance de courses particulièrement épique, l'épouse a dû faire usage d'une bombe lacrymogène pour se débarrasser de son mari plus que collant. Mais ce n'est pas cela qui vaut à l'homme d'être convoqué devant la justice. Il est jugé pour avoir harcelé téléphoniquement son ancienne femme. Fin août, il lui a envoyé 915 SMS en l'espace d'une quinzaine de jours.
« C'était souvent du charabia incohérent », note le président Haouy. Les messages étaient toutefois suffisamment clairs pour qu'on comprenne qu'ils étaient plus proches de l'insulte et de la menace que du compliment. Depuis cette avalanche de SMS, l'homme ne s'est pas calmé. Au contraire. Il supporte moins que jamais que sa femme soit en train de refaire sa vie avec quelqu'un d'autre.

Il s'est montré violent et cela lui a déjà valu de faire un petit tour en prison. Un mois et demi. « Mais dès qu'il est sorti, il a%u2026 rappelé ma cliente », proteste l'avocate de l'épouse harcelée.
Le mari jaloux et possessif n'est pas là, ce lundi, pour entendre sa plaidoirie indignée. Il a laissé Me Philippe Souchal parler en son nom : « C'est difficile pour lui d'évacuer 40 ans de vie commune. D'autant que son épouse qui est le grand amour de sa vie, a parfois une attitude ambivalente ». Le tribunal a finalement suivi les réquisitions du parquet. Jugement : 6 mois avec sursis et mise à l'épreuve.

Commentaires



A voir egalement