Pilotée depuis Puteaux, l'arnaque aux SMS a généré plus de 1,7 M%u20AC

  • publié il y a : 1 an
  • vues : 484  
Pilotée depuis Puteaux, l'arnaque aux SMS a généré plus de 1,7 M%u20AC
Votre colis est à votre disposition » Après cette première phrase, le SMS renvoie vers un numéro surtaxé si le destinataire veut des précisions. Le composer coûte 1,35%u20AC. Petite somme qui passe inaperçue pour la victime mais tombe dans les poches de l'arnaqueur. Car derrière le SMS, il n'y a jamais eu de colis... mais une bande d'escrocs.
Ce vendredi, la 15e chambre du tribunal correctionnel de Nanterre a condamné le cerveau de l'arnaque aux SMS, qui a permis de dégager rien moins que 1,7 M%u20AC de bénéfices en une année environ, à une peine d'emprisonnement de quatre ans dont la moitié avec sursis et 250 000 %u20AC. Ses principaux complices, eux, écopent de peines allant de six mois de sursis à deux ans ferme.
Pour développer l'arnaque, Youssef B. trentenaire affable au verbe impeccable, avait monté une société à Chypre dont il était le gérant mais sous un faux nom. L'entreprise exploitait plus de 230 numéros surtaxés, des 0899, sous-loués à une société parisienne éditrice desdits numéros. Assisté de son « bras droit », un ami proche, Youssef faisait travailler toute une équipe de techniciens et petites mains. Des « employés » chargés de programmer les ordinateurs envoyant les SMS à de potentielles victimes, dont certains depuis un appartement de Puteaux.

Jusqu'à 40 000 textos par jour

Pour ce faire, il faut disposer de numéros portables. Ceux-ci étaient créés automatiquement par ordinateur. Ensuite, les techniciens se chargeaient de programmer les machines pour l'envoi de « textos » en rafale. Ainsi, en « phase de push », l'organisation de Youssef pouvait envoyer jusqu'à 40 000 textos par jour. Sur cent personnes recevant le message, cinq à dix répondent pour récupérer le prétendu colis.
C'est la réaction de deux victimes qui avait lancé l'enquête au début de l'été 2013. Deux victimes qui avaient signalé le SMS douteux à Pharos, la plate-forme dédiée aux contenus illicites sur Internet. La première avait relaté la réception du message annonçant qu'un « e-colis » l'attendait, puis le coup de fil passé au numéro indiqué renvoyant vers un 0899. Cette femme a soupçonné une arnaque en constatant que les numéros étaient en liste rouge sur tous les annuaires inversés. Deux jours plus tard, une autre victime détaillait qu'elle avait été « mise en attente pendant cinq minutes ».
Lors de l'instruction comme devant les juges, Youssef a affirmé que l'escroquerie ne lui a pas rapporté 1,7 M%u20AC mais plutôt 450 000 %u20AC. Car il fallait « investir » dans l'achat de téléphones, de cartes SIM, d'appareils automatiques pour l'envoi des SMS, la rémunération de ses équipes. Un gros business.
  leparisien.fr

Source : LE PARISIEN

Commentaires



A voir egalement